Aresa Shipyard présente sa gamme d’embarcations militaires et d’offshore à l’OPV Africa 2013

(30/08/2013, Lagos). Aresa Shipyard sponsor platine de l’Offshore Patrol Vessels Africa 2013 (OPV Africa), a suscité l’intérêt des près de 300 délégués de 41 pays qui ont assisté à cette conférence qui s’est déroulée le 27, 28 et 29 d'Août à Lagos, au Nigeria, dans laquelle la compagnie a présenté deux de ses bateaux: ARESA 1200 Stealth RIB et ARESA 1200 Interceptor RIB.

L’évènement, organisé par l’armée Nigérienne avait pour objectif d’élaborer des stratégies de collaboration et de coopération, pour freiner les activités criminelles dans les domaines maritimes de la côte africaine.

Pol Montolio, chef des ingénieurs et architectes navals de Aresa Shipyard, a présenté les avantages que comporte l’utilisation de fibre de verre sur les patrouilleurs offshore, car cela contribue à rallonger la durée de vie des embarcations et à réduire les coûts d’entretien par rapport aux embarcations composées essentiellement d’aluminium et de fer ; cela réduit en outre les émissions magnétiques, thermiques et de bruit.

D’autre part, Tomeu Rotger, conseiller du groupe sur les questions militaires et de blindage a présenté les solutions qu’Aresa intègre aux embarcations, grâce à l’investissement en R&D, tels que les conceptions et matériaux stealth, les systèmes de protection thermique, le revêtement de camouflage ou d’autres systèmes de blindage.

En outre, Aresa Shipyard fait également l’acquisition d’éléments auprès des fabricants les plus réputés, pour offrir au client des contrats clé en main, avec des services de valeur ajoutée, tels que les centres de service sur le lieu de destination et les cours de formation.


Parmi les résolutions abordées lors de la conférence, il convient de citer la nécessité d’établir un cadre visant à améliorer l’échange entre les états africains, en établissant des centres de lutte contre la piraterie maritime.

Les assistants se sont également mis d’accord sur le fait qu’il faut absolument renforcer la capacité des patrouilles multinationales en créant des forces maritimes sous-régionales et en favorisant l’échange de l’infrastructure existante pour améliorer ainsi la sécurité maritime en général.